Revue scolaire


L’espace ‘débat’ s’intéresse à deux thématiques essentielles. La premièremet l’accent sur le problème des écarts qui existent entre les parents et leurs enfants, la seconde traite les formes de la violence, ses causes et conséquences sur la construction de la personnalité de l’enfant. 

Le conflit des générations

Espace débat

Le conflit des générations

Avoir des difficultés à communiquer avec ses parents est une expérience désagréable que tout le monde a vécue, notamment lorsqu’il s’agit de certains sujets comme l’école, la vie amoureuse ou encore la religion. Le résultat de ces conversations dépend de la manière dont les parents expriment leur point et dont leurs enfants les reçoivent également. Elle peut différer d’un simple sentiment de tristesse qui s’estompe au bout d’une heure, à une cicatrice que le petit portera toute sa vie.

Les personnes appartenant à des générations différentes ne se comprennent pas toujours très bien. Des conflits surgissent et semblent souvent insurmontables. La cause de ces conflits est qu’au cours des différents âges, les possibilités physiques et psychiques qu’offre la nature sont chaque fois autre, tout comme le sont la manière d’être et d’agir.

Pour mieux cerner ce sujet, nous avons demandé aux parents de répondre
à quatre questions (Leurs réponses sont publiées avec leur consentement) :

1- Trouvez-vous des difficultés à communiquer avec vos enfants ? lesquelles ?

2- Comment gérez-vous les conflits entre vous et vos enfants ?

3- Comment évitez-vous le déclanchement des conflits ?

4- Que proposez-vous pour dépasser le conflit des générations ?

Madame Salwa, directrice d’agence de voiture, mère de trois garçons :

1- Je pense que l’éducation d’un enfant ne vient pas du jour au lendemain. Cela se construit durant toute une vie tout en passant par des moments agréables, d’autres difficiles, des cris, des joies, des rires, des jeux, des conseils, des câlins et beaucoup d’amour et de mise en valeur de nos enfants, personnellement, la seule difficulté de communication que j’ai avec mes enfants à leur âge actuel 22 ans – 20 ans – 15 ans est leurs problèmes de gestion de temps, surtout avec les moyens de distraction qui existent et qui risquent de diminuer leur niveau de concentration et leur rendement scolaire.

2- Je réalise que chaque âge a son niveau de conscience, son état d’esprit, de sentiments et d’évolution. Les parents doivent être conscients de cela et comprendre chaque phase de croissance de leurs enfants pour créer une harmonie avec eux et leur transmettre les valeurs, la joie de vivre et d’apprendre tout en maintenant un état d’esprit sein.

3- Cela dépend de la situation. Parfois, il faut :

  • Faire semblant de n’avoir rien vu passer. Et faire un détour pour en parler d’une façon indirecte.
  • Reporter pour plus tard le temps de se calmer et de voir plus clair.
  • Le silence d’une maman qui transmet un message à son enfant.
  • Parfois on est dépassé par la pression, on ne peut pas éviter le conflit.

4- Je propose l’écoute, le respect mutuel, le partage, la raison, faire beaucoup de choses ensemble (regarder des films, des matchs de foot, voyager, chanter, danser, rire etc.) , Mettre nos enfants en valeurs tout le temps et sans les comparer avec les autres, les conseiller, accepter leurs petites erreurs, les laisser voler de leurs propres ailes, et parfois il suffit d’un câlin et d’un sourire pour remettre les choses en ordre.

M. Younes, expert comptable, père de deux enfants :

1- Oui des fois. Les difficultés concernent les sujets en lien avec les bonnes habitudes de santé et du bien-être (utilisation excessive du portable, prise des repas en famille, pratique du sport…)

2- Par la communication et l’explication des méfaits des mauvaises habitudes sur la santé physique et morale.

3- SinSincèrement, j’affronte les conflits pour corriger ce qu’il y a à corriger tant qu’ils sont petits.

4-Je propose aux parents d’être patients et faire preuve d’écoute et de communication efficace pour mieux gérer leur relation avec leurs enfants et de jouer pleinement leur rôle de parent

M. Mahmoud, médecin pharmacien, père de quatre enfants :

1- Personnellement,  je ne trouve aucune difficulté pour communiquer avec mes enfants. Cependant, tenant compte du fait que nous sommes d’une éducation musulmane, je ne trouve pas souvent les mots adéquats pour aborder quelques sujets tabous dans notre société.

2- Quand un problème se pose, j’essaie de les mettre en confiance afin qu’ils puissent aborder le sujet eux-mêmes. Après, j’écoute, j’analyse et je réagis. Parfois, je suis intransigeant mais souvent compréhensif.

3- Pour éviter le déclenchement des conflits, j’essaie de faire la sourde oreille et de n’intervenir que lorsque cela est nécessaire.

4- Pour dépasser ces conflits, il faut : 

  • De l’écoute.
  • De la communication.
  • De la confiance.
  • Du respect mutuel.
  • Se mettre à la place de l’adolescent et changer l’angle de vision.

M. Amine, enseignant, père de trois enfants :

1- Somtimes, it depends on the topics under discussions. Ex: when time is not convenient/ when they ask so many questions…

2- Most of the time with arguments/Sometimes: exercising authority with less tolerance.

3- Keeping silence/ ignoring my dear children’s annoying quiries/ postponing discussions…

4- I think you know the answer. You should do your best to understand your parent’s attitude and I am sure that they will do the same thing. We and our children are like a tree where parents are the roots and children are the leaves, fruits and the flowers. Therefore, we can’t exist without understanding, accepting, living in harmony. Parents are the source of life, passion, care. They are valueless. Children are the beauty, charm, and the spice of life. Without children, life is meaningless. Be sure that mum and dad appreciate your presence in their lives. Have a nice calm night full of optimism and positive attitude toward everyone around you. 

En revanche, nous avons posé les mêmes questions à leurs descendants. Nous
partageons avec vous les propos de Youssef :

Dans mon cas, il est hors de question de parler à mes parents ou de me concentrer
sur ce qui n’est pas lié à l’école dans ma vie, comme la cuisine et le football, ou même
mon intérêt personnel préféré : « agir ». Le simple fait de mentionner ce sujet leur
apporte toujours de la frustration, et ils finissent généralement par m’interrompre en
disant : « Tu n’as pas besoin d’être distrait par quoi que ce soit. L’école c’est tout et c’est
tout. » C’est ainsi que la vie semble être étiquetée pour eux ! Je ne peux même pas
exprimer à quel point c’est déchirant d’être rejeté de cette façon. Mais je ne peux pas leur
en vouloir puisqu’ils étaient élevés de la même manière ! Et le fait que la majorité des
gens dans notre société ait la même façon de penser, rend encore plus difficile de
changer la mentalité de nos parents.

Et vous, qu’est-ce que vous en dites ?

Realisé par :

Ibtissam ABERKAN

Manar MESSAOUDI

La violence

Espace débat

La violence

La violence est un fait social qui se répand de plus en plus dans nos maisons, établissements et rues. Malheureusement, plusieurs individus recourent à exercer la force envers toute personne qui ne développe pas le même esprit qu’eux. En général, la violence se définit par tous les comportements agressifs pratiqués par un individu ou un groupe de personnes en utilisant la force contre les autres pour contraindre, dominer, tuer, et détruire. Il implique des coups, des blessures, ou encore de la destruction des biens-humains pour causer des dommages physiques et psychologique à l’autre personne.

1- LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE :
“la violence psychologique des mots qui remplacent les coups”

Il est de plus en plus courant d’entendre parler de violence psychologique, violence perverse, ou encore harcèlement moral dans les médias ou dans les différentes rencontres. La violence psychologique est une violence quotidienne. Chaque jour, la victime entend des injures, des insultes, des menaces, des dénigrements. Chaque jour, elle se ridiculise et se blesse en évoquant ses points faibles. Que le ton employé soit froid, méprisant et distant, ou encore que ce soit en hurlant, l’agresseur poursuit un but précis ; tourner en dérision sa victime.

Nous avons demandé aux internautes de raconter un événement ayant marqué leur âge enfantin à cause du harcèlement scolaire. Nous avons reçu plusieurs réponses, mais nous partageons avec vous, chers lecteurs, la plus touchante :

“She was an angel. She thought that everyone is nice just like her. She hoped to have real friends and make good memories. 

At her primary school, she used to be so smart, she was the most adorable student in her class. Every teacher liked her because she was really brilliant. She was also so helpful. She wanted to make everybody happy. Sadly, her classmates used her innocence as a point of weakness. They were nice to her only because they wanted to have good marks, they smiled to her only because they knew she would try her best to help them in every single trouble they confront in their way. She truly loved all of her named friends. Even tho in the end of the day, when the students went home, her boys classmates formed a circle around her and started hitting her violently with all their power. She was the only girl in the middle of all those powerful boys she called friends. For her, none of these made sense, she told her self that they’re her friends and that boys are violent when they play with each other and she convinced herself that it was a way to express feelings. One day, she was alone, as usual, the boys came to hit her, but this time it was more violent that she fell crying till a man came to save her. She was crying so hard because it hurted her and also because her girlfriends were watching her from far laughing at her. She knew she had to stop crying because her dad was so strict and she was so scared. She didn’t want him to know about what happened because she didn’t want her friends to get hurt -by her own father- , but she couldn’t hide her pain till her dad saw her. She stayed quiet, but her friend’s father talked to him and told him about some stuff of what happened. After that day, her cousin, her dad or her uncle used to come early to protect her. Once, her cousin didn’t. That afternoon, her boy best friend took her between his hands, he put one of them between her legs and started running all over the school. She was so insecure and afraid of her dad again. She couldn’t say a world at first but then she tried to ask him to put her and stop running. He didn’t till his teacher called him because he was late. Day by day, she made a promise to never let someone hurt her. But, she developed an aggressive behavior…”

D’après l’histoire racontée, il s’avère que la fille maltraitée psychologiquement a été traumatisée pour une longue durée. Les actes irraisonnables, blâmables et insignifiants  de son agresseur ont provoqué chez-elle une peur incontournable. Chose qui l’a empêchée de raconter la scène à ses parents. Elle a  opté pour le silence par crainte, timidité et innocence. 

2-LES CONSEQUENCES DE LA VIOLENCE PSYCHOLOGIQUE :

Les expressions que l’agresseur utilise pour humilier l’autre personne ont plusieurs conséquences terribles sur l’individu. Elles peuvent causer : La dépression, l’inquiétude, la tristesse, l’isolement, la perte d’estime de soi…

Mais le plus dangereux c’est que ces sentiments de désespoir, d’isolement et de solitude augmentent le risque de :

  • L’agression : A cause de la violence pendant de longues périodes, l’accumulation des sentiments de la colère conduit à la formation d’une personnalité agressive ayant tendance à la criminalité.
  • Le suicide : Chez ceux qui sont exposés aux pressions psychologiques très élevées.
  • Le recours à la drogue : certaines personnes recourent souvent à l’alcool et à la drogue à cause de leur incapacité à tolérer le stress causé par la maltraitance psychologique. 

3-LA VIOLENCE SCOLAIRE :

La violence qui se produit au sein des institutions scolaires est un problème mondial dont les conséquences sont préjudiciables. Les scènes des agressions quotidiennes dont les élèves, les enseignants et les cadres administratifs sont victimes, que ce soit à l’intérieur de la classe ou à proximité des établissements d’enseignement, sont devenues banales à force de se perpétuer.

Ce type de violence affecte négativement aussi bien l’apprentissage des apprenants, leur personnalité, et leur perspective d’avenir que le rendement des enseignants. Il est temps donc de stopper ces comportements ignobles qui entravent la réalisation d’un développent durable.

4- LES CONSEQUENCES DE LA VIOLENCE SCOLAIRE :

Personne ne peut nier que la violence impacte la psychologie et le niveau scolaire et créatif de l’élève. Nous citons à titre d’exemple les conséquences suivantes :

  • Des problèmes d’apprentissages : le  petit  mémorise tout événement blessant son intimité, sa psychologie et sa santé mentale. Il va fuir l’école et avoir  une difficulté d’apprentissage, d’attention et de concentration.
  • Absence scolaire : l’élève préfèrera l’absence que d’aller à l’école, car celle-ci lui constitue un espace de maltraitance, de sous-estimation et d’humiliation.

Dans le même sens, nous avons rencontré M.  Abdelkarim, adjudant-chef de la gendarmerie à Nador, d’une expérience de plus de 32 ans. Il reçoit de nombreux cas de violence dans son travail. Nous l’avons invité à une interview afin de savoir comment il traite les cas de violence, et comment il y trouve des solutions.

NAJLAE : Bonjour M. Abdelkarim. Parlez-nous de votre travail et sa relation avec les cas de violences que vous recevrez. Est-ce qu’ils arrivent à une certaine heure ou jour ?

Mr. Abdelkarim : Non, mais notre équipe traite directement l’état de violence à tout moment, que ce soit le matin ou le soir ?

NAJLAE :  Mr. Abdelkarim, pouvez-vous nous dire comment vous traitez un état de violence qui vient chez vous ?

Mr. Abdelkarim : cela dépend du type de la violence, si la personne a été touchée ou blessée, nous la dirigerons vers l’hôpital le plus proche pour déterminer la gravité de la blessure.

NAJLAE : Après avoir déterminer le degré du risque, quel est la prochaine étape que vous prenez ?

Mr. Abdelkarim :Si le degré du danger nécessite un certificat médical, le tribunal compétant sera informé en la personne du représentant du roi afin de recevoir les instructions appropriées.

NAJLAE :Et si quelqu’un vient se plaindre d’avoir été victime de violence, que faite vous ?

Mr. Abdelkarim : la personne qui a déposé plainte est écoutée et suivie puis dirigée. Ensuite ses déclarations sont enregistrées dans un procès-verbal, après, les témoins sont contactés et leurs déclarations sont également enregistrées, puis l’accusé est convoqué.

NAJLAE : Si le degré d’agression est élevé, quelles mesures prenez-vous dans ce cas ?

Mr. Abdelkarim : L’accusé est dirigé vers la garde vue pendant 48heures, au centre puis il se rend au tribunal pour se présenter devant le juge.

NAJLAE : Merci d’avoir accepté notre invitation, et de nous donner ces excellentes informations.

Mr. Abdelkarim : Avec plaisir.

5- COMMENT LUTTER CONTRE LA VIOLENCE :

Nous proposons quelques mesures nécessaires et moyens efficaces pour freiner ce genre de comportements destructifs :

  • Protection des victimes physiquement et mentalement au sein des établissements scolaires en particulier.
  • Réaliser des compagnes de sensibilisation pour sensibiliser les citoyens de la gravité des conséquences de la violence sur la personne et sur la société.
  • Guider les individus sur la manière de contrôler leurs émotions et d’éviter les comportements violents.
  • Renforcer le rôle des médias dans la lutte contre ce phénomène.

Realisé par :

Najlae MOUHA

Aya EL ARYANI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  1. bravoo les élèves de notre lycée merci madame Hanane trés bonne idée continuez

  2. Très bonne initiative. Contenu riche et très intéressant. Bonne continuation.

  3. C’est le meilleur site, merci pour l’effort